L’apartheid politique de la Mutualité française

L’apartheid politique de la Mutualité française

Ce mardi 7 mars de 18h à 20h, la Mutualité française de Bourgogne Franche-Comté organise un débat public à l’Hôtel Mercure d’Appoigny sur les programmes présidentiels en matière de santé et de protection sociale. J’ai pu constater que tous les représentants départementaux des différents partis politiques étaient invités à présenter les propositions de leur candidat.

Tous ? Non !

Si les représentants socialiste, macroniste et même écologiste sont bien inscrits sur le carton, celui de Marine Le Pen brille par son absence. Curieux…

En effet, le bureau de la Mutualité française de Bourgogne Franche-Comté a décidé purement et simplement d’exclure le Front National de ce débat. Le président Bruno Herry me rétorquant comme seul argument : « Je suis dans mon rôle ». Circulez, il n’y a rien à voir !

En somme, la Mutualité française considère être dans son rôle quand elle exclut le représentant du premier parti de l’Yonne et de la candidate donnée en tête au 1er tour de l’élection présidentielle. Elle est dans son rôle quand elle insulte les 51 000 électeurs patriotes du département qui sont ainsi traités comme des sous-citoyens. Elle est dans son rôle quand elle méprise la majorité des habitants de l’Yonne qui souffrent terriblement du manque de médecins et qui, pour beaucoup, refusent de se soigner faute d’une offre de soins accessibles.

Il est profondément intolérable que la majorité des Icaunais soit victime de discrimination en raison de son opinion politique. A la veille du grand débat démocratique qui décidera de l’avenir de la France et de la survie du peuple français, il est totalement scandaleux de censurer le peuple sous prétexte qu’il ne vote pas comme les élites mondialisées.

Face à ce mépris de caste, face à ce sectarisme d’un autre âge, face à cette haine du peuple, je serai, moi aussi, dans mon rôle, en demandant aux électeurs, aux militants et sympathisants du Front National d’appeler massivement la Mutualité française au 03 80 50 08 66 pour exiger des excuses.

Julien ODOUL, Secrétaire départemental, Conseiller régional

Ce poste a été rédigé par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *