Fermeture de classes dans l’Yonne : les enfants de la ruralité maltraités

Fermeture de classes dans l’Yonne : les enfants de la ruralité maltraités

Constatant une fois de plus que les cartes scolaires sont élaborées sur le simple critère du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, ce sont encore les enfants et les enseignants qui vont devoir subir, à la rentrée 2017, les choix politiques irresponsables du gouvernement.

Ces nouvelles fermetures de classes, 36 dans l’Yonne, sont le résultat d’une politique purement et dramatiquement comptable, dénuée de fondement pédagogique et de vision prospective du territoire. L’État gère ses écoles comme on tient un cahier de boutiquier !

Celui-ci a démissionné de son rôle de pédagogue et d’éducateur. La ministre Belkacem choisit de les entasser dans les classes comme du bétail et ne se soucie pas du rythme journalier difficile imposé du fait de l’éloignement toujours plus important des écoles. Pour elle, la diffusion du « vivre-ensemble » a plus de valeur que la réussite des petits français…

Alors que nos services publics disparaissent un à un dans l’Yonne, l’État nous enlève le dernier symbole de la République existant dans nos campagnes.

La politique du Département ne fera rien pour lutter contre cette inégalité scolaire qui touche durement les familles rurales. Les fermetures de classes et les fusions qui annoncent les suppressions vont transformer nos communes en cimetière.

Le Front National de l’Yonne soutient toutes les familles et les enseignants qui militent pour le sauvetage de leurs écoles qui préservent l’attractivité et la vitalité de nos villages.

Edwige JACQUET, Secrétaire de la 2e circonscription

Ce poste a été rédigé par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *